l'acdmicrokinésithérapie bandeau du site officiel

Vos questions sur la microkinésithérapie

Pourquoi la microkinésithérapie peut-elle m’aider ?

Parce qu’elle est fondée sur un principe naturel et élémentaire : aider le corps à évacuer tous les traumatismes passés ou présents qu’il garde en mémoire et qui l’empêchent de bien fonctionner, un peu comme des grains de sable dans une mécanique.

Au quotidien, votre corps doit lutter contre des agressions de toutes natures et de différentes intensités, provenant de l’extérieur (microbes, toxines, chocs physiques ou émotionnels) ou de l’intérieur (faiblesse d’un organe, fatigue, problèmes existentiels). Le plus souvent, votre organisme s’auto-corrige en silence sans même que vous vous en aperceviez. Cependant, si les atteintes ne sont pas identifiées, pas reconnues ou trop fortes, le corps ne peut réagir assez efficacement : l’agression laisse une sorte de « cicatrice » dans les tissus, une mémoire de l’événement. Malgré cette trace, vous aurez l’impression d’être guéri. Pourtant, l’accumulation de ces mémoires va faire qu’un jour, une douleur apparaîtra, une maladie peut se développer, et le corps, trop affaibli, ne pourra plus lutter. Alors apparaissent les douleurs et maladies chroniques.

La microkinésithérapie va vous aider à éliminer naturellement ces mémoires qui affaiblissent votre organisme.

Libéré de ces entraves, votre corps va alors pouvoir retrouver les capacités qu’il avait perdues, parfois même depuis des années.




Combien de séances faut-il faire ?

Pour un symptôme donné, 2 à 3 séances sont un maximum. Elles devront être espacées de 3 semaines à 1 mois environ afin de laisser au corps le temps de faire le travail. Si le problème est aigu, deux séances rapprochées sont parfois nécessaires.




Comment ça marche ?

Circulation sanguine, respiration, échanges cellulaires… : toute cette activité corporelle fait naître des rythmes vitaux à l’intérieur de l’organisme mais aussi à la surface de la peau. Ces rythmes vitaux sont perçus par les mains un peu comme des « micromouvements ». Votre microkinésithérapeute va palper différentes zones de votre corps afin de vérifier que les rythmes sont normaux. S’ils sont perturbés, cela signifie qu’il y a une « cicatrice » à cet endroit, source d’un dysfonctionnement dans cette région ou à distance.




Comment se déroule la séance ?

Une séance de microkinésithérapie dure environ une demi-heure. Après avoir exposé les raisons de votre venue, vous vous installerez sur une table de massage. Le microkinésithérapeute va d’abord localiser et identifier les cicatrices qui gênent votre corps en contrôlant vos rythmes vitaux. S’il décèle une perturbation, il va effectuer une stimulation pour ré-informer l’organisme de la présence de cette cicatrice. Ainsi le corps va retrouver la mémoire du choc, se concentrer sur elle pour l’éliminer définitivement. Le travail que le corps entame alors va entraîner une légère fatigue durant 1 à 2 jours. Il est donc préférable de prévoir un temps de repos après une séance (pas de dépense physique importante, pas de long trajet en voiture…). Afin que cette fatigue soit minimale, il vous est conseillé de boire 1,5 à 2 litres d’eau par jour dans les 2 jours qui suivent la séance, pour faciliter le travail d’élimination.




Pourquoi ne pas simplement masser la zone douloureuse ?

Parce que la mémoire traumatique qui cause votre douleur n’est pas forcément à l’endroit de cette douleur. Le corps est une machine complexe où des réactions en chaîne peuvent se faire sur de longues distances. C’est pourquoi le traitement n’est pas localisé uniquement sur une partie mais sur l’ensemble de l’organisme, le microkinésithérapeute considère le corps dans sa globalité. Ainsi, des douleurs lombaires peuvent avoir pour origine un dérèglement des glandes parathyroïdes situées à la base du cou : celles-ci envoient un message chimique erroné qui provoque des spasmes des muscles de la colonne au niveau lombaire. Par un diagnostic micropalpatoire précis, le microkinésithérapeute pourra localiser et identifier la mémoire traumatique qui cause aujourd’hui votre douleur. En aidant votre corps à éliminer cette cicatrice, il ne va pas seulement soulager votre corps à éliminer les risques qu’elle revienne, se déplace ou qu’elle dégénère.




Fausse information : est-ce remboursé par la Sécurité Sociale ?

Bien qu’étant reconnue par le ministère de la santé comme « technique de massage », la microkinésithérapie ne fait pas partie des actes remboursables par la Sécurité Sociale. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle, certains contrats permettent un remboursement total des soins faits en microkinésithérapie.




Est-ce scientifique ?

Aujourd’hui on considère comme scientifique ce qui a été évalué. La microkinésithérapie a fait l’objet de plus d’une trentaine d’évaluations dont certaines en milieu hospitalier et selon des protocoles rigoureux (double aveugle…) qui montrent l’effet bénéfique de cette technique. Des recherches en laboratoires ont également été effectuées concernant les rythmes vitaux de l’organisme vivant.




N’importe qui peut pratiquer ?

Pas exactement ! Si tout le monde peut ressentir le micromouvement, il faut néanmoins, pour mener le traitement à bien, une très bonne connaissance de l’anatomie humaine. C’est pourquoi le Centre de Formation à la Microkinésithérapie ne forme que des kinésithérapeutes et des médecins.
Avant d’être microkinésithérapeute, votre thérapeute est avant tout un professionnel de santé ayant un diplôme d’Etat.




Quels problèmes la microkinésithérapie peut-elle soulager ?

Beaucoup de maladies et douleurs sont dues à de petits dysfonctionnements qui s’accumulent pendant notre existence et finissent par affaiblir l’organisme. Parce que la microkinésithérapie aide le corps à éliminer ces « cicatrices du passé », elle peut aider à améliorer beaucoup d’états de santé. Elle aide votre organisme à faire le ménage, en évacuant les traces aussi bien émotionnelles que traumatiques.
Bon nombre de problèmes de santé peuvent donc trouver une possibilité d’amélioration avec la microkinésithérapie.





retour haut de page Retour haut de page

La microkinésithérapie